Interconnexion électrique France-Espagne

Retour

Ajouter à mon bloc-notes

Vous êtes ici :

Actualités / Agenda  

À partir du vendredi 25 sept. 2020

Par le Golfe de Gascogne

Interconnexion électrique France-Espagne « Golfe de Gascogne »

Nouvelles études en mer et sur terre pour préciser le contournement du canyon de Capbreton

Durant les mois de septembre et octobre 2020 le réseau de transport d'Électricité (RTE) procède à des relevés géophysiques et sondages géotechniques à terre et en mer, dans le cadre d'études préliminaires au projet Golfe de Gascogne.

Ces études de reconnaissance géophysique et géotechnique permettront de préciser les solutions techniques de contournement du canyon de Capbreton et de compléter les données déjà acquises sur le tracé maritime validé de l’interconnexion. Elles seront effectuées d’une part au nord et au sud du canyon de Capbreton (Landes) et d’autre part dans le Médoc, à Le Porge (Gironde).

Le projet en bref : enjeux et avancement
D’une puissance de 2 000 MW, le projet d’interconnexion électrique entre la France et l’Espagne « Golfe de Gascogne », porté par RTE et son homologue REE, permettra de doubler les échanges d’électricité entre les deux pays. A terme, ce sont près de 5 millions de foyers qui pourront être alimentés via les lignes transfrontalières. Face au défi de la transition énergétique, l’objectif est simple : profiter de la complémentarité des réseaux électriques français et espagnols pour offrir à tous une électricité plus sûre, abordable et durable.
Longue d’environ 400 km au total, l’interconnexion électrique entre la France et l’Espagne « Golfe de Gascogne » sera enfouie dans le sol ou au fond de l’océan, afin de relier le poste électrique de Cubnezais (près de Bordeaux) et celui de Gatika (près de Bilbao).
Lancé en octobre 2017, le projet « Golfe de Gascogne » a fait l’objet d’une large concertation qui a permis au ministère de la Transition écologique et solidaire de valider, en mai 2018, le fuseau de moindre impact pour le passage de cette liaison.
Le tracé retenu présentait un défi technologique majeur identifié dès les premières études : le franchissement en mer du Gouf (ou canyon) de Capbreton. Dans le cadre des études préalables, des études géologiques des fonds sous-marins ont mis en évidence une instabilité imprévisible du sol, en bordure du canyon remettant en cause cette solution technique.
Les résultats des études complémentaires menées depuis juin 2019 n’ont pas permis d’identifier un tracé maritime stable. Le franchissement du canyon étant jugé techniquement trop risqué, RTE proposera un tracé le contournant, par un passage ponctuel à terre. Ce nouveau tracé fera l’objet d’une concertation dédiée.


Dans le secteur de Capbreton
En mer, deux sondages seront réalisés par une plateforme à environ 700 m de la plage, au droit du parking des Bourdaines, à Seignosse, puis au large du domaine de Fierbois, à Capbreton. Ils seront effectués pendant les deux dernières semaines de septembre. Cette plateforme de 56 mètres de longueur sur 40 mètres de largeur sera visible depuis la côte.
Deux navires interviendront plus au large, durant une à deux journées en septembre, avant l’arrivée de la plateforme.
A terre, des relevés géophysiques seront menés sur la plage, la dune, le parking des Bourdaines, à Seignosse et dans le domaine de Fierbois, à Capbreton, pendant les deux premières semaines de septembre. Des sondages seront ensuite réalisés durant les deux premières semaines d’octobre.

En savoir plus :

>> Site internet du projet

>> Brochure d'information publique du projet