Attention !

CORONAVIRUS / MESURES EXCEPTIONNELLES

 

Restez chez vous pour vous protéger et protéger les autres !

Respectons les consignes. C’est grâce à la mobilisation et la solidarité de chacun que nous vaincrons le virus du COVID-19.

 

 

En savoir +

Les merveilles du Gouf

Ajouter à mon bloc-notes

Vous êtes ici :

Abysses mystérieux, espèces rares, vagues légendaires… Voici quelques informations qui vous donneront envie, à coup sûr, d’en apprendre davantage sur ce canyon spectaculaire !
"La beauté du Gouf de Capbreton (Roche du Prat, 43m)" - Twitter ‏@jeromebuls40 23 oct. Capbreton, France

Le Gouf de Capbreton, c’est tout le mystère des abysses, à quelques centaines de mètres seulement de la côte ! Il offre un véritable paysage de western sous-marin, qui rappelle les canyons du Colorado, avec leurs méandres, leurs aiguilles et leurs falaises vertigineuses. Le Gouf de Capbreton débute à 300 mètres des plages, à faible profondeur, quelques dizaines de mètres, puis il s’étend en éventail sur 300 km, parallèle à la côte espagnole, jusqu’à la hauteur de Santander, où il rejoint la plaine abyssale par moins 4 500 m de fond.


La richesse du Gouf, c’est sa formidable biodiversité

On y compte une vingtaine d’espèces de mammifères marins et une quinzaine d’espèces de requins, mais aussi des visiteurs inattendus, des poissons bizarres ou tropicaux, voire quelques créatures mythiques comme le calmar géant !
Dauphins et baleines font partie de l’histoire locale, rappelant le temps où Basques et Capbretonnais chassaient encore la baleine franche. Le golfe et les eaux poissonneuses du Gouf sont un espace de migration et de reproduction exceptionnel pour les cétacés. Leurs proies favorites y abondent, menu fretin, poissons bleus ou pélagiques, calmars, etc. N’oublions pas que les cétacés sont des mammifères et que même lorsqu’ils plongent dans les profondeurs à plus de mille mètres, ils le font en apnée, en retenant leur souffle.

Faune tropicale

Le réchauffement de l’océan a pour effet d’amener, autour du Gouf et dans le golfe de Gascogne, des espèces qu’on ne trouvait auparavant que dans les eaux tropicales. Depuis quelques années, on a vu proliférer les balistes, espèce tropicale de poissons peu farouches à la peau très dure et au bec puissant qui se sont si bien adaptés à nos côtes qu’ils s’y sont installés, été comme hiver. On trouve aussi les magnifiques daurades coryphènes aux couleurs d’arc-en-ciel (d’où son nom de poisson-caméléon), voire des marlins, proches de l’espadon : un spécimen de 380 kg a même été capturé au large de Capbreton ! Autres marqueurs des eaux tropicales, la présence d’espèces proches du barracuda ou du poisson-pilote, et la fréquence des rencontres avec l’adorable poisson-lune (ou môle). On peut aussi croiser la très noble tortue luth venue des mers chaudes, la plus grosse des tortues marines, capables de plonger à 600 m et pouvant peser 500 kg.


Le Gouf façonne la destinée des deux villes près desquelles il commence : ainsi, c’est la « tête » de ce canyon qui créé la « Nord », cette vague emblématique d’Hossegor, connue des surfeurs du monde entier. C’est aussi grâce au Gouf que Capbreton est l’unique port de pêche des Landes.