Attention !

VIGILANCE ORANGE - FEUX DE FORÊT

Alerte météorologique

La préfecture des Landes a placé l'ensemble des communes du département exposées en état de VIGILANCE ORANGE pour le phénomène FEUX DE FORÊT, à partir du mercredi 29 juillet à 00h00.

- La circulation et le stationnement des véhicules à moteur sont interdits entre 14h et 22h sur les pistes forestières, les sentiers et chemins d'exploitation.

- Les activités d'exploitation forestière, de travaux sylvicoles, de génie civil et de sciage sont soumises à déclaration en mairie et sont suspendues entre 14h et 22h.

- Les activités ludiques et sportives sont interdites entre 14h et 22h, à l'exception de celles exercées en base de loisirs et en périmètres de plans plages.

 

 

En savoir +

Histoire et patrimoine

Ajouter à mon bloc-notes

Vous êtes ici :

Capbreton est une ville au riche passé maritime, à l’embouchure primitive de l’Adour.

 

Capbreton, Capberton en des temps anciens, Cap Brutus à la Révolution…

Son nom n’en finit pas d’intriguer et n’a toujours pas livré d’étymologie satisfaisante. Si l’on peut être sûr que « Cap » vient du gascon et désigne un lieu au bout des terres, le déterminant « breton » pose toujours problème aux historiens et aux linguistes.

Haut lieu de la chasse à la baleine jusqu’au début du XVIe siècle, ses pêcheurs furent d’émérites et hardis harponneurs qui ne dérogeaient pas à la coutume d’offrir le meilleur morceau du cétacé, la langue, à l’église Saint-Nicolas.

Au temps de son apogée (XVe et XVIe siècles), Capbreton comptait entre 2000 et 3000 habitants, population très importante pour l’époque. La ville était peuplée de marins, de négociants et d’armateurs tirant prospérité et richesse des pêches lointaines (morue et baleine de Terre-Neuve, touil des côtes africaines) et surtout du commerce florissant vers l’Espagne, le Portugal, les Flandres ou la Hollande de ses réputés et capiteux vins de sable et des produits de la forêt environnante (liège, poix, résine, planches de pin).

En 1578, après de gigantesques travaux, l’ingénieur Louis de Foix détourna l’Adour au Boucau Neuf, évènement qui entraîna la chute progressive mais irrémédiable de Capbreton. C’est l’empereur Napoléon III qui décida les travaux qui redonnèrent vie à l’ancien port. Mais c’est surtout avec la mode des bains de mer à la fin du XIXe siècle que Capbreton renaîtra de ses cendres.

La création du port de plaisance, suivie de l’avènement de l’ère du surf et de la glisse, termineront de transformer notre vieille cité, peuplée dès ses origines de marins et de vignerons, en une des stations les plus “réputées” et dynamiques de la Côte Sud.

Enfin, Capbreton profite de conditions naturelles privilégiées. La cité est tournée vers la forêt à l’est et vers l’océan à l’ouest, ce qui fait d’elle une ville de tous les sports. Vue du ciel : le bleu et le vert sont les couleurs dominantes. Le littoral est caractérisé par son chapelet de dunes et ses longues plages de sable.